Mission et histoire

Mission

L'Association Générale des Étudiant(e)s de l'Université du Québec à Trois-Rivières (AGE UQTR) regroupe tous les étudiants et étudiantes du campus de l'UQTR, soit environ 10 000 membres. Sa mission est de veiller à la protection et à la promotion de vos droits et intérêts ! L'AGE c'est un soutien au niveau académique, politique et financier, ainsi que des services pour les étudiants. C'est également d'assurer la vie étudiante sur le campus par le biais d'événements à caractère festif, académique et politique. 

L'AGE, c'est une association à VOTRE image. 

Histoire 

Les prémices de l’Association générale des étudiants

Bien que l’UQTR ouvre ses portes en 1969 et que des étudiants jettent sur papier les structures d’un regroupement en 1972, aucune association étudiante ne voit le jour avant plusieurs années. Il y a bien eu l’éphémère Association pour le regroupement des étudiants par module (AREM), mais celle-ci n’a existé que l’espace d’une session en 1974.

La nécessité d’un regroupement étudiant

Durant la session d’hiver 1975, le Syndicat des professeurs déclenche sa première grève générale, démontrant du coup, pour les étudiants, la nécessité de créer une organisation reposant sur une assemblée générale afin de créer un pouvoir étudiant réel. L’annulation de la session en inquiète plus d’un. Des représentants étudiants issus des différentes instances de l’UQTR forment un comité provisoire afin d’intervenir comme interlocuteur pour l’ensemble de la population étudiante.

La fondation de l’AGE UQTR

Le 19 mars 1975, réunis en assemblée générale, les étudiants de l’UQTR fondent l’Association générale des étudiants de l’Université du Québec à Trois-Rivières (AGE UQTR), ayant pour idée maîtresse de former un syndicat étudiant. La première action militante de ce nouveau regroupement consiste à occuper le Complexe sportif le 26 mars 1975, puis le Pavillon Pierre-Boucher le 1er avril, afin, espèrent-ils, de sauver la session paralysée par la grève des professeurs. Ce geste sera suivi par un fait inusité : une entente de reconnaissance mutuelle et de coalition est signée entre le Syndicat et l’AGE UQTR afin que les professeurs, frappés d’une interdiction de manifester sur le campus, soient remplacés par les étudiants sur les piquets de grève. Finalement, une entente survient entre le Syndicat et l’administration de l’UQTR à la mi-avril, sauvant du coup la session.

Deux ans plus tard, soit le 5 janvier 1977, le gouvernement du Québec émet les lettres patentes. L’AGE UQTR est désormais une entité à part entière.

L’organisation se dote de moyens structurants

Une restructuration majeure à partir de 1980 est amorcée. À cette époque, les mécanismes de représentation étaient jugés déficients. Des associations de modules se forment et elles siègent au Conseil intermodulaire (ancêtre du conseil d’administration). Puis, on procède à l’embauche d’un employé permanent afin de venir en aide aux officiers élus. Cette phase de changement se déroule jusqu’en 1984, alors que de nouveaux Statuts et règlements sont adoptés.

Une seconde transformation s’opère à l’automne 1988 lorsque les étudiants de l’UQTR se trouvant dans les centres hors-campus se dissocient de l’AGE UQTR pour former l’Association générale des étudiants hors-campus de l’UQTR (AGEHCUQTR). Bien qu'autonome dans son fonctionnement, cette association demeure officiellement (mais pas dans les faits) sous la responsabilité de l'AGE UQTR jusqu'en 2003 où les deux associations demandent et reçoivent leur accréditation du ministère de l'Éducation du Québec en vertu de la Loi 32.

Une ultime phase de modernisation a lieu au cours des années 2007 à 2009, alors que l’ensemble des règlements généraux et des politiques est harmonisé - ou tout simplement créé - afin de répondre adéquatement aux nouvelles réalités étudiantes et à l’expansion de l’AGE UQTR. Finalement, une restructuration administrative (ressources humaines) majeure s’opère en 2013.

La création de services pour soutenir et animer la vie étudiante

Dès sa fondation, la mise en place de divers services est au cœur des préoccupations des étudiants. C’est ainsi que sont créés un café étudiant, devenu avec le temps l’UTREK, un journal étudiant, puis un premier comptoir de photocopies à l’UQTR (1981-2009). Un second café 100% étudiant, la Chasse Galerie, voit le jour au milieu des années quatre-vingt-dix, puis se transforme en café-bistro en 1998. Désirant offrir un endroit où la danse et les spectacles puissent avoir lieu, l’AGE UQTR transforme la salle multifonctionnelle du pavillon Nérée-Beauchemin : Le 1012 ouvre ses portes au début des années 2000. Récemment, soit le 18 septembre 2013, le Pavillon de la vie étudiante (PaVÉ) est officiellement inauguré après sept années de travail.

Outre ces services, l’information et la défense des droits des étudiants sont primordiales. C’est ainsi que des agendas, des passes d’autobus à tarif réduit, un comptoir d’accueil et de renseignement (1990-2009), puis un bureau multiservice (depuis 2009) ont été offerts au fil du temps, sans oublier un soutien académique et un service de plaintes, une assurance collective et de nombreuses bourses d’implication afin de faciliter et d’agrémenter les études. Finalement, afin de politiser davantage l’association, un poste d’attaché politique est créé en 2007, suivi de près par la mise sur pied du Centre d’archives et de recherches politiques étudiant (CARPE). Finalement, en 2012, dans le but de favoriser l'échange d'informations à caractère académique, le Rassemblement national académique (RNA) est mis sur pied.

C'est pendant l'année 2013 que l'AGE UQTR se dote d'une Halte-Garderie nommé "Le P'tit Bacc" afin de servir leurs membres-parents.

Les associations nationales

Durant l’année suivant la fondation de l’AGE UQTR (1975), des étudiants mettent sur pied l’Association nationale des étudiants du Québec (ANEQ). L’AGE UQTR en devient membre dans les mois qui viennent. Elle se joint ensuite à sa composante universitaire, soit le Rassemblement des associations étudiantes universitaires (RAEU). En 1990, elle intègre la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ). L’AGE UQTR en sera membre jusqu’en décembre 2009.

Les événements du printemps 2012

Dans la foulée du conflit étudiant du printemps étudiant portant sur la hausse des droits de scolarité, l'AGE UQTR se déclare, pour la première fois de son histoire, en grève générale illimitée. Cette grève durera du jeudi 15 mars au vendredi 23 mars 2012. À la manifestation historique du 22 mars, plus de 800 étudiantes et étudiants de l'UQTR sont présents. Puis, l’AGE organise sa propre manifestation dans les rues de Trois-Rivières le 15 avril. Plus de 400 manifestantes et manifestants y défilent.

La force d’un groupe jeunesse rassembleur!

En 2017, avec ses 10 500 membres, l’Association générale des étudiants de l’Université du Québec à Trois-Rivières est le plus important groupe jeunesse de la Mauricie et du Centre-du-Québec.